MiniARTextil, un concept d’expo atypique

MiniARTextil, un concept d’expo atypique


Les amoureux de la culture vivant ou séjournant à Paris savent bien une chose, pour accéder au dernier évènement en vogue il faut commencer par s’armer de patience. Les files d’attente sont parfois en elles-même d’incongru happening auquel le visiteur se doit de participer bon gré mal gré. Venue de ma petite île et ayant conservé mon côté flegmatique j’avoue portant ne pas parvenir à me plier à cette épreuve du piétinement consenti; peut-être l’engouement des parisiens pour le yoga ou d’autres pratiques de relaxation annexes trouverait-il ici un début d’explication… voilà un excellent thème pour un article d’investigation!

Si vous êtes du même tempéramment que moi, et que vous ne pouvez malgré tout vous passer de votre dose régulière de découvertes culturelles, voici mes 3 astuces:

-pour les musées nationaux et autres structures importantes, ne jamais manquer de consulter leur site qui présente souvent les jours et les heures les plus creuses pour les visites

-acheter ses billets « coupe-file » en ligne en accord avec ces heures

-débusquer sur internet les expositions moins médiatisées qui pourront se révéler être de pur moment de bonheur aussi bien pour leur contenu que par leur accessibilité (ô joie! il n’y a pas de file d’attente… il y a bien une exposition ici?!!)

En ce 2 mars, j’ai choisi de vous parlez de mon exposition coup de coeur correspondant à ce dernier critère.

MiniARTextil se tient jusqu’au 21 mars au Beffroi de Montrouge.  C’est une exposition qui a lieu chaque année courant mars et qui a eu le mérite de me charmer il y a 3 ans et de n’avoir cessé par la suite de m’enthousiasmer. Cette année marque la 11ème édition et est à ce jour la plus réussie sur le plan scénographique.

 

 

MiniArtTextil est une exposition sur le textile contemporain qui a été initiée en 1991 en Lombardie dans la ville de Côme par l’association Arte&Arte. C’est en partenariat avec cette ville que l’exposition ne cesse depuis de se développer (2015 correspondant plutôt donc à la 24ème édition) en s’intéressant à des artistes aux nationalités de plus en plus diversifiées.

Hormis le thème (cette année c’est celui de « Géa » qui signifie la Terre en grec), une contrainte toute particulière est donnée aux artistes participants, celle d’élaborer une petite pièce ne dépassant pas les 20cm3. 54 créations qui mêlent divers matériaux et techniques de tissage sont ainsi présentées dans le cadre d’une scénographie très moderne à l’éclairage bien étudié. Ici on ne prend surtout pas de recul devant les oeuvres, au contraire! Plus on s’approche, plus on s’émerveille devant les détails et la finesse que recèle chaque cm2 , l’étrangeté des matières et les innovations auxquelles on a fait appel; on se questionne sur les techniques, et on se réjouit devant ces ouvrages tissés qui les uns après les autres se dévoilent à ceux qui veulent bien prendre le temps de les observer minutieusement.

Si les miniatures sont le cœur révélateur de cette manifestation, elles ont pour écrin 10 installations textiles dont les proportions paraissent monumentales comparées à la réjouissante petitesse qu’elles enserrent.

Pour vous donner un aperçu voici quelques photos qui peuvent donner une idée de ce que vous pourrez découvrir. Je vous conseille au moins de cliquer sur les photos pour les agrandir, même si mes prises de vue ne font que suggérer les impressions qu’on peut avoir face à elles.

 

De gauche à droite:

Lina Ringeliene « Abloom » (viscères d’animaux, pierres volcaniques)

Monica Hengel « La comucopia di Gea » (soie, cocons de Bombyx Mori, fil métal)

Yoshiko Sashida « Shell IV » (argile, fils, couleurs acryliques)

Hiromi Murotani « Pangaea » (fil et chiffon de coton)

Irina Kolosnikova « Growing up » (organdis et fil métallique)

Sumiko Tasaka « A vessel for share » Prix Arte&Arte 2014 (papier de métal, aluminium, soie)

Frank Connet « Untitled » (cuivre galvanisé et tissu shibori)

 

Evidemment j’ai eu un coup de cœur pour la grande installation centrale du japonais Manabu Hangai « Wonder Forest ». On appréciera les jeux d’ombres créés par cette accueillante forêt mouvante et onirique. Je n’ai pu m’empêcher de me sentir tel un insouciant Totoro dans sa retraite boisée. Ceux qui n’auront pas la même dévotion que moi pour l’oeuvre de Miyazaki pourront avoir des ressentis moins enfantins,  d’ailleurs n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires!

 

 

Autres installations intéressantes, l’immense tenture en fil de coton avec ses inclusions de céramique « Mother » de Junko Imada  (la photo en bannière de l’article n’en montre qu’une partie et je vous conseille fortement de faire un tour sur son site officiel pour en avoir un meilleur aperçu) ou encore les papillons de Patricia Polese « I love you I » qui mêlent fils de métal et tissage en chanvre. Les ajouts de jeux d’ombres liés à la scénographie sont encore ici en parfaite adéquation.  6 galeries sont partenaires de l’évènement avec des oeuvres présentées d’une part au Beffroi et d’autre part dans leur enceinte respective.

Ci-dessous à droite on peut voir un détail de l’oeuvre « Sound of nature » de Noriko Narahira et je vous invite à aller découvrir une autre de ses installations qui joue davantage sur la spatialité à la galerie Yukiko Kawase dans le 11ème. Noriko Narahira qui était présente lors de ma visite au Beffroi a pu me parler de l’une des techniques qu’elle utilise. Avec ces créations tissées, elle offre au visiteur des sensations visuelles qui font écho à la nature, à son caractère changeant et à l’ordre qui naît du désordre.  Pour cela, elle sélectionne avec soin des tissus de coton américain qu’elle choisit pour leurs imprimés à fleurs ou à pois dans des teintes chatoyantes; la torsion va créer de nouveaux motifs, de nouveaux contrastes dans le tissu lui-même puis d’autres nouveaux quand elle les nouera les uns aux autres. L’articulation de tous ces éléments finit par créer un tout très vivant et plein d’harmonie.

 

 

De nombreuses autres découvertes vous attendent, alors j’attends vos retours. Vous pouvez  prolonger la visite avec un parcours hors-les-murs. Cette année une visite guidée dans les fondations participantes de la Cité Universitaire est aussi proposée. La prochaine aura lieu le 14 mars à 16h. J’ai participé à celle du 28 février et je rédige un article à ce sujet. Par la suite je pourrais peut-être vous parlez  également de ce lieu encore peu connu des parisiens qu’est le Beffroi situé à 200 mètres des limites de la capitale. Pour ceux qu’un exil temporaire de Paris effraierait, il faut noter que la sortie du M4 « Mairie de Montrouge » y donne directement accès:)

 

 

MiniARTextil  « GEA » 11ème édition

Adresse et horaires:

Beffroi- Montrouge- 2 place Emile Cresp

Du 27 février au 21 mars 2015

Ouvert tous les jours de 12h à 19h

Détail parcours Hors-les-murs

Entrée libre

 

Remerciements à Andrea Volpi et à Andrea Ponsini commissaire de l’exposition

 

Crédits photos et texte: NephilimK

+ There are no comments

Add yours