Exposition Yves Saint Laurent: 1971 la collection du SCANDALE

Exposition Yves Saint Laurent: 1971 la collection du SCANDALE


Du 19 mars au 19 juillet

Les prochains mois s’annoncent ensoleillés et je vous propose de faire un tour à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent. Vous pourrez y découvrir une collection printemps/été hors du commun puisqu’elle a influé sur toutes les années 70 particulièrement dans la rue mais a aussi ouvert une nouvelle voie à la haute-couture.

 

Que vous réserve cette nouvelle exposition?

La scénographie joue avec bonheur sur 2 plans, celui de la pièce et celui de son esquisse. En toile de fond nous avons les silhouettes fluides et élancées esquissées par Saint Laurent; elles ne sont pas que la genèse des pièces, au contraire elles permettent d’insuffler de la vie aux pièces présentées au-devant d’elles. Si les voiles des robes resteront retombés, ils sont tout en légéreté et retrouvent leur liberté sur les murs des allées.

 

 

« Libération » la collection qui déplait aux bien-pensants

Jusqu’à cette collection de 1971 Yves Saint Laurent s’est imposé comme le digne héritier de la tradition française de la haute-couture. Depuis la « robe Mondrian » le monde entier a les yeux rivés sur ses collections qui mêlent comme par magie l’innovation et le classicisme des lignes. Cette nouvelle collection vient contrarier les attentes; si Yves Saint Laurent va se réapproprier d’une part la mode des années 40, époque encore trop proche pour ne pas rappeler à certains des souvenirs difficiles, il ne désigne pas clairement cette période en utilisant le terme de « libération ». C’est un mot qui s’applique tout autant à lui-même qu’à toutes les jeunes femmes qu’il veut habiller.

 

 

En se libérant Yves donne naissance au look frondeur de la jeune femme des années 70, celle qui s’assume en tout. On parlait de l’élégance de la femme YSL, l’année 71 resplendit de force en revisitant l’élégant vestiaire des années 40. Cette femme moderne qu’il présente joue de ses pouvoirs avec nonchalance, elle ne sourie pas pour plaire mais parce qu’elle jouit d’elle-même. Le rouge de l’anémone, la fourure… la femme est passionnée, sauvage, effrontée, elle porte un rouge franc sur les lèvres, le vêtement ne prend pas le dessus sur elle mais l’encourage à se libérer.

 

Le public lors du défilé est offusqué, il Déteste, il Hue. Si Saint Laurent s’attendait à créer la suprise, il ne s’attendait pas à une telle déferlante de critiques. La presse l’incendie. Il se dira « triste et flatté ». Aux questions il répondra tour à tour

« Ce n’est pas tant visuellement que moralement que les gens ont été choqués. »

« Les jeunes, eux, n’ ont pas de mémoire »

Il choisit de poser nu devant l’objectif de JeanLoup Sieff pour le lancement de son premier parfum pour homme. Le scandale joue les prolongations pour mieux plaire à toute la nouvelle génération. En effet la jeunesse s’empare de ce style, le retro sera bientôt partout.

 

 

Dans la contreverse, YSL renaît idôle et cette collection « Libération » sera a posteriori la « libération de la haute-couture ». Il la pousse à entrer dans la modernité qui marquait déjà , elle exceptée, toutes les autres formes d’arts.

 

En complément, je ne saurais que trop vous conseiller le film « Saint Laurent » de Bertrand Bonello qui parcourt les années 1967/1976 et qui est une pure merveille. Le public lui a réservé un accueil très mitigé à sa sortie (alors que la critique l’encensait) et leurs critiques sont encore plus dures sur AlloCiné. Je ne me l’explique que parce que Bonello est autant un réalisateur qu’un artiste plasticien. Ce film est un chef d’oeuvre a bien des niveaux et Gaspard Ulliel joue un YSL complexe, impertinent, très séduisant… En espérant que vous aurez l’occasion d’en juger par vous-même. Voici le lien de la bande-annonce.

 

Je vous laisse avec ces 2 portraits rêveurs réalisés par Andy Warhol (vous me pardonnerez les reflets…) qui ne font pas partie de l’expo mais sont accrochés dans un salon privé de la fondation. Je trouve que ces esquisses au fusain du maître du pop art répondent de manière touchante aux crayonnés préparatoires du maître de l’élégance. Le crayon ne fige jamais vraiment les choses et il laisse toujours ouverte la possibilité de les voir reprendre vie sous nos yeux.

 

 

 

Crédits texte et photos: NephilimK

 

 

Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent

Yves Saint Laurent 1971: La collection du scandale (du 19mars au 19 juillet 2015)

Commissaire d’exposition: Olivier Saillard

Scénographie (très réussie!): Nathalie Crinière, agence NC

Adresse: 3 rue Léonce Reynaud, Paris 16ème   Métro9 Alma-Marceau

Tarifs: 7€ /réduit 5€ / gratuité enfant de moins de 10ans et demandeur d’emploi

Horaires: 11h/18h (fermé le lundi)

 

Ne manquez pas également le 16 avril à 19h

Yves Saint Laurent 1961 – 1971 : 10 ans pour révolutionner la mode

Avec Pierre Bergé, président de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent

1 comment

Add yours

+ Leave a Comment